Actualités

Qui sont ces enfants soldats ?

Qui sont ces enfants soldats ?

Il est évident qu’en 2019, on pourrait croire que certaines choses n’existent plus. C’est le cas des cassettes VHS et des Spice Girls … Malheureusement, on ne peut pas en dire autant du recrutement d’enfants soldats dans le monde : on en compte encore entre 250 000 et 300 000 dans le monde (ce qui équivaut à l’ensemble de la population de Gand). Et ce triste fléau est toujours présent dans plus de 20 pays dans le monde.

Dans beaucoup de conflits armés, les enfants représentent une main d’oeuvre facile, peu coûteuse et surtout très facile à manipuler, comme en témoigne Faida, une ex-enfant soldate “Les soldats nous disaient que la drogue nous rendait invisibles.” 

Avant d’être recrutés, la plupart d’entre eux vivent dans des conditions extrêmement précaires : “Je me suis enfuie (pour rejoindre un groupe armé) pour échapper à un mariage dont je ne voulais pas.” témoigne une jeune fille soldate au Sri Lanka.

Les promesses de toit et de nourriture sur la table tous les soirs facilitent le recrutement. En vérité, le quotidien est tout autre  “je devais voler pour manger et je ne dormais jamais dans un lit” raconte Simon un ex-enfant soldat en RDC. Les jeunes filles (parfois mêmes les jeunes garçons) étaient utilisés à des fins sexuelles : “Il n’y avait personne pour surveiller les dortoirs, et toutes les nuits nous étions violées”, raconte cette jeune fille originaire du Zimbabwe.  

Se reconstruire

Le degré de manipulation est tel que les enfants sont dans la plupart des cas les auteurs des pires crimes commis en temps de guerre ou de conflit. En Sierra Leone, par exemple,  l’essentiel des atrocités a été commis par des enfants juste assez grands pour attacher leurs lacets.

On est alors en droit de se demander comment se reconstruire en tant qu’adulte après une enfance criblée de balles et de violence. Qui les accompagne dans ce long chemin de reconstruction personnelle et de réintégration à la vie normale. Une fois libre, ils doivent entamer un autre combat : réussir à se faire accepter par leur propre communauté, et parfois leur propre famille, qui voit en eux de jeunes criminels.

Le suivi psychosocial des ex-enfants soldats par des associations humanitaires se développe petit à petit mais n’est pas encore suffisant pour répondre à la demande des populations. De plus, pour réellement répondre aux besoins de ces ex-enfants soldats et ces communautés touchées, il est grand temps de mettre en place des projets viables, et durables dans le temps qui leur permettent de vivre de façon autonome.

À son échelle WAPA contribue à la mise en place de projets de réinsertion durables en Ouganda, au Sri Lanka et en Colombie.

mai 23 2019
back to top