Actualités

WAPA, ça sonne bien, comme nom !

WAPA, ça sonne bien, comme nom !

On entend souvent : « WAPA, ça sonne bien comme nom d’association ! C’est dynamique, ça ressemble à guapa (ndlr jolie) en espagnol ». En réalité, WAPA, ça veut surtout dire War-Affected People’s Association, l’association qui lutte en faveur des victimes de conflits armés. Nous sommes profondément touchées - et indignées -  par le sort réservé aux veuves et orphelins de guerre, aux déplacés internes, et surtout celui aux ex-enfants soldats. Quand les conflits prennent fin, les souffrances et les épreuves n’ont pas disparu : famine, maladies, pauvreté, expropriation, longue déscolarisation, stigmatisation, dépression,… font encore partie du quotidien de la population. Les populations ont tout perdu, en ce compris leur dignité humaine !  

Trois pays post-conflit ou en transition vers la paix  

WAPA est active dans trois pays différents, trois continents différents et par conséquent trois situations "post-conflit" différentes, avec des enjeux de reconstruction et de réintégration différents.  Pourquoi ces trois pays ?  Ils figurent sur la liste des pays qui ont connu un conflit armé extrêmement long : 20 ans pour l’Ouganda, 26 ans pour le Sri Lanka et plus de 50 ans pour la Colombie. De plus, chacun d’entre eux a connu un recrutement important d’enfants soldats au sein des rangs de l’armée régulière ou des groupes armés non-étatiques.  

Un idéal : agir concrètement sur le terrain  

En créant l’ASBL WAPA, nous avions pour ambition de soutenir financièrement, logistiquement et stratégiquement des ONG locales qui se battent au quotidien pour offrir un avenir meilleur à des communautés meurtries par des décennies de conflits armés.  Nous avions envie de leur proposer des programmes adaptés pour qu’ils aient l’occasion de se réintégrer durablement dans la société. Comment ? Via des programmes de soins de santé (médecine générale, protection maternelle et infantile, art-thérapie,…), de réinsertion socio-professionnelle (formations, micro-prêts, livelihoods*, …) et d’éducation pour leurs enfants. Via également la construction d’infrastructures manquantes depuis la fin des conflits : maternités, écoles, centres de formation, …    

*allocation non remboursable octroyée afin de démarrer une activité génératrice de revenus (atelier de couture, salon de coiffure, jardin potager, …)  

Vous pouvez découvrir quelques unes de nos principales réalisations ici.  

mai 17 2019
back to top