rendre la dignité humaine après la guerre

Vers l’autonomie financière des femmes cheffes de famille...

Généralement les femmes sont parmi les premières victimes des conflits. Durant les 26 ans de guerre civile, nombreuses d’entre elles ont connu des déplacements forcés, de la violence, du harcèlement, des pertes humaines et matérielles.

Après la guerre, on a recensé un nombre impressionnant de femmes cheffes de famille (WHH). Elles avaient perdu leur mari, celui-ci est toujours porté disparu ou handicapé/mutilé de guerre, elles avaient été abandonnées, répudiées. Les communes d’Oddisuddan et Puthukudiyiruppu ont été identifiées comme les plus touchées par le phénomène dans le nord du pays.

La première difficulté rencontrée par ces femmes est de pouvoir compter sur une source de revenu régulière qui leur permet de subvenir aux besoins de leur famille. Ce rôle de chef de famille est assez inhabituel dans la société Sri-Lankaise. Les femmes ont dû commencer à prendre des décisions traditionnellement laissées aux hommes, n’ont que peu d’expérience du monde du travail et une éducation limitée.

Par contre, les familles ont accès à la terre et l’agriculture et le développement de bétail semble totalement adapté à la région.

- développement de CBO’s (community-based organizations) : 

la CBO a pour objectif de rendre les femmes économiquement autonomes pour dépasser certaines barrières sociales. La CBO s’assure également que les projets de subsistance mis en place par chacune d’elle seront réalisables et durables. Au sein de ces CBO, les femmes partagent leurs succès, ainsi que leurs erreurs et espèrent pouvoir encore progresser ensemble. De plus, dans chacune des CBO’s, elles se forment en groupes d’épargne au sein des villages, chaque groupe représente entre 7 et 20 femmes. 


- octroi de micro-crédits : 
les CBO’s ont démarré des programmes à plus long terme de micro-crédits. Les femmes membres de ces groupements s’engagent à reverser 25% de leur investissement à leur CBO, en plus de l’épargne mensuelle de leur groupe. 


- développement des moyens d’existence durables (livelihood): 
l’association partenaire octroie une assistance financière d’un petit montant (non remboursable) à des bénéficiaires afin qu’elles puissent démarrer une activité génératrice de revenus. De plus, elle met également des infrastructures à disposition des bénéficiaires, afin qu’elles favorisent leurs initiatives entrepreneuriales (ex : une unité de production de sacs pour jeunes filles ou une unité d’emballage).

back to top